Premiers secours

Premiers soins pour fracture des côtes

Les côtes, le sternum et la colonne vertébrale constituent le squelette de la poitrine. À l'intérieur se trouvent le cœur et les poumons, ainsi qu'un grand nombre de gros vaisseaux et de troncs nerveux. Par conséquent, la fracture des côtes est une blessure très grave. Dans certains cas, il s'agit d'une menace sérieuse pour la vie et, par conséquent, les premiers secours à une personne qui a les côtes cassées sont d'une importance primordiale.

Il convient de noter que la fracture des côtes est la plus fréquente des blessures à la poitrine. Parmi toutes les fractures, cette blessure représente environ 15% des cas. Souffrent le plus souvent de côtes IV-VII. Cela est dû au fait que là où ils se trouvent, il n’existe pas de corset dit musculaire, qui protège efficacement les autres côtes des influences extérieures. De plus, ils sont beaucoup moins flexibles.

La gravité de la fracture à la côte est déterminée par son type, ainsi que par la présence de dommages aux tissus et organes environnants. Dans environ 60% des cas, ces lésions sont accompagnées de lésions pulmonaires, affectant la plèvre, l'œsophage, le foie, les vaisseaux sanguins et le cœur. Dans ce cas, même fatal. Les fractures sont également dangereuses car plusieurs côtes sont endommagées. Dans ce cas, comme dans le cas de blessures multiples à une côte, le risque de complications graves augmente considérablement.

Le plus souvent, les côtes sont endommagées, car la cage thoracique est plus élastique chez les nourrissons et est donc moins exposée à ce type de blessure. Savoir comment agir et quel type de premiers soins fournir à une personne avec une côte cassée aidera à réduire considérablement le risque de complications et à accélérer son rétablissement complet.

Référence anatomique

La cage thoracique est composée de douze vertèbres thoraciques, auxquelles douze paires de côtes sont attachées au moyen d'articulations. À l'avant se trouve le sternum, auquel viennent en contact les parties cartilagineuses des côtes.

Tous les fronts sont divisés en trois types: vrai (paire I-VII), parasite (paire VIII-X) et oscillant (paire XI-XII). La différence entre eux est que les vraies côtes sont reliées au sternum par leurs propres plaques cartilagineuses et que les faux bords de la connexion directe au sternum sont privés: leurs parties cartilagineuses sont fusionnées avec les cartilages des côtes situées au-dessus. Enfin, la partie cartilagineuse des côtes oscillantes est totalement dépourvue d'articulation avec quoi que ce soit.

Sur la face interne des côtes se trouve un sillon dans lequel se trouve le faisceau neurovasculaire. Si la côte se brise, elle est également souvent endommagée, ce qui se traduit par le développement de saignements et d'insuffisances musculaires intercostales.

Causes de blessures

Selon l’état des côtes, les experts distinguent deux types de fracture. Le premier type est celui des os sains provoqués par des blessures mécaniques. La deuxième concerne les fractures pathologiques causées par des modifications des os causées par diverses maladies ou des effets physiques minimes.

Les fractures du premier type peuvent être provoquées par des accidents de la route; un coup à la poitrine; tomber d'une hauteur; blessures subies lors d'événements sportifs; blessures par balle. Dans ce cas, les effets sur les côtes peuvent être indirects ou directs. En exposition indirecte, la poitrine est comprimée, ce qui provoque la rupture des côtes de part et d'autre du point de dépression. En règle générale, plusieurs côtes souffrent en même temps. En cas de choc direct, les côtes sont cassées directement du côté affecté par cet effet. Dans une telle situation, les débris peuvent endommager les organes internes.

Les fractures du second type sont dues à un effet mécanique minimal sur les côtes chez les patients souffrant d'ostéoporose, de polyarthrite rhumatoïde, d'ostéomyélite, de maladies génétiques et de tumeurs des côtes.

Classification des fractures des côtes et mécanisme de blessure

Les fractures des côtes sont classées par les experts à la fois en fonction de plusieurs critères. Il s’agit de la présence ou de l’absence de lésion cutanée, du degré de lésion, de la localisation, du nombre de fractures, de la présence de déplacements de fragments osseux.

Ainsi, par la présence de lésions cutanées, les lésions sont divisées en lésions fermées (sans endommager la peau, car les fragments osseux sont dans l’épaisseur des tissus mous) et ouvertes (lésions de la peau et des tissus mous causées par des fragments osseux).

Selon le degré de dommage, il existe des fractures complètes dans lesquelles des lésions osseuses se produisent sur toute l'épaisseur; fractures sous-périostées dans lesquelles le tissu osseux est endommagé; des fissures.

Au niveau du site de localisation, les fractures sont divisées en fractures unilatérales (l’intégrité d’une ou de plusieurs côtes n’est brisée que sur un côté de la poitrine); bilatérale (les côtes sont endommagées à droite et à gauche), ainsi que la défense (les côtes sont endommagées d'un côté de la poitrine, mais à deux endroits ou plus, à la suite de quoi un fragment osseux mobile apparaît).

Par le nombre de fractures, les blessures sont divisées en simples et multiples.

Par la présence de déplacement de fragments d'os, les fractures sont décalées et sans déplacement.

Le plus souvent, la fracture se produit dans la zone de plus grande flexion, c'est-à-dire le long de la ligne des aisselles sur la surface latérale de la poitrine. Les plus graves pour le patient sont les fractures aux côtés et à l'avant de l'arcade costale, les symptômes sont très prononcés et les premiers secours doivent être prodigués immédiatement. Pour les fractures à l'arrière de l'arcade costale, les symptômes sont estompés, car lors de la respiration, les fragments osseux de cette zone sont moins mobiles.

Signes et symptômes de blessure

La mesure dans laquelle les symptômes au niveau de la fracture des côtes sont prononcés dépend de l'emplacement de la lésion, de sa gravité, ainsi que du point de savoir si les organes situés à proximité sont endommagés ou non.

La douleur

Immédiatement après avoir été blessé, une douleur sourde apparaît dans la région de la côte affectée. Cela est dû au fait que des fragments d'os irritent les terminaisons nerveuses de la plèvre et des muscles intercostaux. Lorsqu'une personne inhale profondément ou tousse, le syndrome douloureux augmente. Si la fracture est située à l'avant de la poitrine, la douleur est plus intense et, en cas de lésion des os des côtes à l'arrière de la poitrine, le syndrome douloureux est moins prononcé. Les victimes bougent très lentement, sauvant le mouvement. Lorsque le patient est couché ou assis, la douleur est généralement réduite.

Respiration superficielle et syndrome de respiration interrompue

En raison du fait qu'avec une respiration profonde, la douleur augmente de manière significative, le patient essaie de respirer de manière à minimiser les mouvements de la poitrine. Il est à noter que, du côté où se trouve la fracture, la cage thoracique semble «prendre du retard» dans sa respiration.

En outre, les patients ont enregistré le "syndrome de respiration interrompue". La personne essaie de prendre une profonde respiration mais, en raison d'une douleur accrue, elle refuse cette tentative. C'est la présence du syndrome de "respiration interrompue" qui permet de différencier une fracture d'une côte d'une simple contusion thoracique.

Parfois, l’incapacité de prendre une profonde respiration peut provoquer une crise de panique chez une personne, des crises de peur incontrôlable, qui doivent être arrêtées dès que possible, afin que l’état du patient ne s’aggrave pas.

Posture forcée

Pour réduire l'intensité de la douleur, la victime tente inconsciemment de prendre une position qui aiderait à minimiser les mouvements de la poitrine. En règle générale, une personne se penche dans la direction où les côtes sont cassées ou couvre le torse avec ses mains, comme si elle le tenait.

Changements visuels dans la région des dommages aux côtes

Un œdème apparaît sur le site de la blessure, même en cas de fracture fermée. Les hématomes sont visibles, plus ou moins prononcés.

Malformation du sein

Si plusieurs côtes sont endommagées à la fois, un changement visuel de la forme du sein peut survenir. Ce symptôme est particulièrement prononcé chez les personnes minces - elles ont non seulement la déformation de la poitrine, mais aussi une sorte de "gommage" des espaces entre les côtes.

Crepitus

Si une personne a subi de multiples fractures sans déplacement, un crissement spécifique provoqué par un frottement des os apparaît lors du sondage de la zone endommagée.

Toux

Dans certains cas, le patient a des crises de toux, qui sont très douloureuses. Si des fragments osseux endommagent des organes internes, une hémoptysie est possible.

Syndrome de charge axiale

Le "syndrome de charge axiale" est un signe important de fracture de la côte. Vérifiez-le en serrant alternativement tout le coffre. Puisqu'il s'agit d'un anneau osseux, lorsque certaines de ses sections sont comprimées, la charge sur d'autres est considérablement accrue. Si les côtes d’une personne sont brisées, la victime ressent alors une douleur non pas à la place de la compression, mais directement à la place de la fracture.

Symptôme Payrah

En essayant de basculer dans la direction opposée à la fracture, le patient ressent une douleur aiguë.

La peau pâle, la tachycardie et la perte de conscience sont d’autres symptômes courants.

Il est à noter que dans le cas de fractures dites simples (lésion d'une seule côte sans déplacement), les symptômes caractéristiques peuvent disparaître complètement ou n'apparaître qu'après un temps considérable après avoir été endommagés. Par conséquent, pour toute blessure à la poitrine, il est souhaitable d'effectuer une radiographie.

Complications possibles de la fracture de la côte

En cas de fracture grave des côtes, le risque de complications augmente considérablement, ce qui constitue une menace sérieuse pour la vie du patient. Il convient de garder à l'esprit que certaines de ces pathologies se développent rapidement et que, par conséquent, la personne qui fournit les premiers secours à la victime doit être consciente de la probabilité de son développement.

Ainsi, la victime peut développer un pneumothorax, une accumulation d'air entre les couches de la plèvre, entraînant une altération de la fonction respiratoire. Le poumon se contracte, ne remplissant pas ses fonctions d'échange de gaz. Si la pression dans la zone pleurale continue à augmenter, les organes médiastinaux se déplaceront dans la direction opposée, ce qui perturberait l'hémodynamique et entraînerait un arrêt cardiaque. Afin de sauver une personne, un pneumothorax fermé doit être ouvert en perforant la paroi antérieure du thorax, ce qui permet à une sortie d'air de s'ouvrir.

Probablement aussi le développement de l'hémothorax - des accumulations de sang dans les feuilles pleurales. Cela rend difficile pour le patient de respirer. Si le sang accumulé n'est pas immédiatement éliminé par ponction, une insuffisance respiratoire commence.

Si les côtes de l'aorte et la veine cave à proximité sont endommagées, un saignement important peut se développer. En raison d'une accumulation excessive de sang dans la poche péricardique, il est possible que la tamponnade dite cardiaque se développe. Si le sang n'est pas retiré immédiatement, la probabilité de décès est très élevée. Lorsque des débris sont déplacés, des fragments d'os peuvent toucher de gros vaisseaux, des nerfs ou des organes vitaux.

Le plus souvent, les conditions qui menacent la vie du patient se produisent en cas de fracture de côte ouverte. Dans ce cas, des fragments d'os sont déplacés dans le médiastin, ce qui peut endommager les tissus mous et les organes situés à proximité.

Les blessures les plus dangereuses des organes internes sont:

  1. Dommages aux poumons. L'emphysème sous-cutané atteint se développe et l'air pénètre gravement dans la respiration. En cas de toux, du sang peut être libéré des voies respiratoires.
  2. Dommages à l'aorte, dans lesquels la victime peut mourir sur place en raison d'une perte de sang massive. Heureusement, de telles blessures sont assez rares, seulement si la fracture du poumon est combinée à une fracture de la colonne vertébrale ou si, en raison de l'impact et de la compression de la poitrine, de nombreuses fractures à gauche se sont développées.
  3. Les dommages au coeur, qui entraînent la mort immédiate du patient et se produisent avec une combinaison d'une côte cassée et d'un sternum. Des ecchymoses au coeur sont également possibles, ce qui réduit considérablement l'espérance de vie du patient.
  4. Dommages au foie, ce qui entraîne une perte de sang importante.

Le plus souvent des organes internes en raison de fractures des côtes souffrent de poumons. Leurs lésions ne sont pas seulement dues à un pneumothorax et à un hémothorax, mais aussi à une insuffisance respiratoire, qui se manifeste par une respiration accrue, une pâleur de la peau, une accélération du pouls. Il est également possible que le choc pleuropulmonaire se développe si une grande quantité d'air froid pénètre dans la cavité pleurale. Insuffisance respiratoire, toux sévère, membres froids. Si vous n’aidez pas une personne rapidement, elle mourra.

Il convient également de mentionner l’une des complications dangereuses d’une fracture de la côte, qui peut se faire sentir quelques jours après la blessure, si les premiers secours ont été mal prodigués ou avec du retard. Il s’agit d’une pneumonie due à une forte limitation des mouvements due à la douleur, à une incapacité à respirer normalement, à un pansement trop serré et à des lésions du tissu pulmonaire. Le développement de cette complication dépend souvent de l'état de santé du patient et de son âge - les personnes âgées sont plus susceptibles à cette maladie. Ils peuvent montrer une intoxication, augmenter la température corporelle, la respiration devient difficile, il y a une faiblesse générale. Si le temps ne passe pas à l'action, la mort est possible.

Règles de secourisme

Lorsqu’on fournit les premiers soins à une personne ayant une côte fracturée, il est nécessaire de savoir exactement quelles mesures doivent être prises dans chaque cas particulier. À première vue, en général, elles sont toutes similaires, toutefois, en fonction de la nature des fractures, elles peuvent différer. Ainsi, pour les fractures simples et les fissures, un minimum d’actions visant à soulager l’état du patient est suffisant, mais pour les blessures plus complexes, il est nécessaire d’effectuer une séquence d’actions claire dès que possible. Par conséquent, la discussion qui suit se concentrera sur les caractéristiques des premiers secours, en fonction du type de fracture de côte.

Fracture fermée non compliquée

La fracture fermée non compliquée est le type de blessure le plus simple et le moins dangereux. Dans ce cas, souffrez généralement d'une ou deux côtes d'un côté. Les complications se développent très rarement et la victime est généralement capable de se rendre seule au centre médical. Néanmoins, même dans ce cas, les premiers soins devraient lui être fournis.

Tout d'abord, le patient devrait recevoir un anesthésique. Il peut s'agir d'ibuprofène, d'analgin ou de diclofénac. En conséquence, le symptôme de douleur diminuera et la personne sera en mesure d'évaluer correctement son état.

La prochaine étape est l'immobilisation de la zone endommagée. Si la blessure est légère, il suffit de coller plusieurs larges bandes de pansement adhésif sur la zone lésée. Cela aidera à réduire la mobilité des fragments d'os.

La victime est aidée à prendre une position confortable dans laquelle le syndrome douloureux sera minime. Il est préférable de s'asseoir à demi assis ou de se retourner du côté endommagé, de manière à ce que les côtes cassées soient réparées.

Appliquer sur le lieu de la blessure froide. Cela pourrait être un sac de glace ou une bouteille d'eau chaude. En conséquence, la sensibilité dans la région lésée diminuera et les vaisseaux sanguins se rétréciront.En conséquence, le saignement, le cas échéant, ralentira, l'enflure disparaîtra et le développement de l'hématome pourra être empêché.

Après avoir pris toutes ces mesures, la victime doit être envoyée à l'hôpital. Veuillez noter que malgré la «légèreté» relative d'un tel traumatisme, une personne ne peut pas être autorisée à prendre le volant elle-même - son état peut se détériorer soudainement et très rapidement.

Fracture multiple fermée

Malheureusement, souvent à cause d’une blessure, plusieurs côtes peuvent être endommagées à la fois. Ces fractures multiples sont très graves car les fragments de côtes peuvent endommager les organes internes. C’est pourquoi une assistance pour les fractures multiples fermées devrait être fournie immédiatement.

La victime reçoit un analgésique pour arrêter la douleur, puis la poitrine est débarrassée des vêtements en excès, ce qui facilite la circulation de l'air. Le patient doit être immobilisé, en le prépositionnant de la manière la plus pratique possible. La meilleure position est de rester assis ou couché du côté affecté. Afin de fixer les côtes, vous devriez mettre un pansement serré, qui, toutefois, ne devrait pas interférer avec les mouvements respiratoires. Pour éviter le déplacement de fragments, vous pouvez utiliser la main du patient comme un pneu.

Afin de réduire l'intensité de la douleur et de soulager l'enflure, il convient d'appliquer du froid sec sur la région lésée. Après cela, il est nécessaire d'appeler une ambulance et de surveiller attentivement l'état du patient jusqu'à ce que les médecins apparaissent. Si les premiers secours étaient fournis correctement, cela faciliterait la poursuite du traitement et réduirait le risque de lésion des tissus mous pendant le transport du patient vers un établissement médical.

Fracture ouverte

Une fracture ouverte est une blessure qui comporte un risque beaucoup plus grand. Le retard dans ce cas peut coûter la vie du patient, et par conséquent, les premiers soins devraient être fournis aussi rapidement, avec douceur et efficacité que possible.

Tout d'abord, vous devriez arrêter le saignement. Notez qu'aucun objet étranger ou fragment d'os ne doit être retiré de la plaie. Il doit être fermé avec un pansement stérile, prétraité avec des désinfectants et des agents hémostatiques.

Après cela, il est nécessaire de mettre un bandage de fixation. Vous pouvez utiliser un bandage large ou un morceau de tissu de largeur appropriée à cet effet. La victime respire le plus profondément possible, après quoi elle est assistée en le bandant d'une zone saine au site de fracture de gauche à droite. Le bandage ne devrait pas s'affaisser, mais il ne devrait pas être trop serré. Il est souhaitable d’imposer un matériau ne laissant pas passer l’air, tel que le cellophane, sur une couche de bandages.

Ensuite, le patient reçoit un analgésique. Vous pouvez également administrer un anesthésique non narcotique. Afin de réduire les saignements et la douleur, un froid sec est appliqué sur la plaie. On aide le patient à prendre la position la plus confortable possible, ce qui éviterait le déplacement de débris. Après cela, il faut appeler une ambulance - le plus tôt sera le mieux, car saigner ou s'infecter dans la plaie peut avoir des conséquences fatales pour la victime. Par conséquent, il devrait être transféré aux soins des médecins dès que possible et transporté au service de chirurgie.

Premiers secours pour pneumothorax et choc

Comme indiqué ci-dessus, dans les fractures graves, le pneumothorax est susceptible de se développer - des accumulations dans la cavité pleurale de l'air. Dans ce cas, des mesures doivent être prises dès que possible, car le moindre retard peut coûter la vie au patient.

Aux premiers signes de pneumothorax, la tâche principale est d'empêcher la pénétration d'air dans la cavité pleurale. Cela aidera dans ce bandage serré. Très probablement, vous devrez utiliser les outils disponibles: un foulard, un maillot ou une chemise. Bien entendu, il n’est pas nécessaire de parler de stérilité complète dans ce cas, mais tenez compte du fait que seule la partie la plus pure du tissu utilisé doit entrer en contact avec la plaie.

Afin de rendre le pansement complètement hermétique, vous pouvez appliquer une pellicule de plastique sur le dessus.

Pour faciliter la respiration de la victime, celle-ci doit être positionnée de manière à ce que la partie supérieure du corps soit surélevée. Au cas où une personne serait inconsciente, elle devrait être ramenée à la raison le plus tôt possible, apportant une odeur âcre au nez. En l’absence d’ammoniac, il peut s’agir de dissolvant, de parfum ou même d’essence. Garder la victime consciente est l’une des tâches principales.

Le choc traumatique est une autre conséquence dangereuse de la fracture de la côte. Cette condition est hautement indésirable car elle peut entraîner la mort de la victime. Par conséquent, des mesures doivent être prises immédiatement.

Le choc traumatique a plusieurs étapes. Au stade initial, le patient est très excité et se plaint de douleurs. Il peut y avoir une attaque de panique, des manifestations d'agression. Peau pâle, pression artérielle légèrement élevée, pupilles dilatées. Il peut y avoir une augmentation de la fréquence cardiaque. La prochaine étape est l'immersion du patient dans l'apathie. Le patient ne se plaint pas de douleur, même si elle ne diminue pas. La fréquence cardiaque augmente, la pression artérielle diminue. La température corporelle diminue, le patient cesse de réagir aux sons et à la lumière.

Dans un tel cas, la victime est placée sur le dos, baissant légèrement la tête et levant les jambes d’environ vingt centimètres. Pour protéger le patient de l'hypothermie, ses couvertures sont superposées. Il est nécessaire de procurer à une personne une paix totale, de mettre fin à une crise de panique et à des épisodes de peur. Il est impératif d'arrêter le saignement et de donner des analgésiques.

Règles de transport à l'hôpital

La question de savoir comment transporter la victime avec une côte cassée à l'hôpital est très pertinente. La livraison correcte d'une personne avec des côtes cassées à un établissement médical n'est possible que sous réserve de certaines règles. En outre, cela empêchera les débris de déloger et d’endommager les tissus mous.

Dans le même temps, le transport effectué sans respecter l'algorithme peut aggraver l'état du patient. Et par conséquent, s’il n’est pas nécessaire de compter sur l’arrivée d’une ambulance et que le patient doit être conduit seul par le médecin, il y a plusieurs aspects à retenir.

Le transport doit être aussi prudent et fluide que possible. Mieux encore, si une personne est en position semi-assise.

Si le patient est incapable de se déplacer de manière autonome, il est porté sur une civière semi-assise.

Si le patient a perdu connaissance, est en état de choc ou a de graves blessures, le transport doit avoir lieu en position couchée ou sur le côté blessé du corps. Beaucoup de gens croient à tort qu'il est nécessaire de mentir du côté sain, mais si facile de ce côté va subir une pression supplémentaire, ce qui est complètement inutile.

Ce qu'il ne faut pas faire lors des premiers secours

Souvent, guidés par les meilleures intentions du monde et cherchant à fournir les premiers secours à la victime avant le paiement du montant total, les volontaires ne font qu'aggraver son état. Cela peut être dû, en partie, au fait que les gens ne savent tout simplement pas comment agir lorsqu'ils assistent une personne avec des côtes fracturées.

En particulier, les sauveteurs volontaires prennent parfois des mesures strictement interdites. Par conséquent, il convient également de mentionner ce qui ne devrait pas être fait avec l'aide d'une personne avec des côtes cassées.

Donc, vous ne devriez pas essayer de «redresser» et de «remplacer» les fragments de côtes. Ceci est particulièrement dangereux avec les fractures ouvertes. Même avec des blessures fermées, de telles actions entraînent des blessures aux organes internes en raison du déplacement de fragments d'os.

Il est impossible de conseiller au patient de "tousser pour qu'il soit plus facile de respirer". La toux peut provoquer le déplacement de fragments d'os, ce qui peut avoir des conséquences fatales. Même si la victime se plaint de vouloir tousser, vous devriez la distraire doucement en essayant de changer son attention.

Extrêmement responsable devrait également être approché à l'imposition de pansements.

Il ne faut pas trop serrer pour ne pas empêcher la victime de respirer. En outre, sentant le lieu de la blessure, vous devez faire un minimum d’efforts afin de ne pas déplacer les fragments d’os et de ne pas causer de douleur supplémentaire à la victime.

Enfin, le patient ne doit pas s'endormir avant d'être sous la surveillance d'un médecin.

Loading...